Une nouvelle drogue fait pourrir le corps des gens qui en consomment

Ce n’est pas une blague à l’occasion des festivités entourant l’Halloween et c’est malheureusement très vrai: voilà qu’une drogue qui fait pourrir la chair des gens qui en prennent aurait récemment fait son apparition en Angleterre. En effet, les autorités ont signalé le cas de toxicomanes qui auraient consommé du krokodil.

Le krokodil, un opiacé très puissant qui a la triste réputation de provoquer la décomposition de la chair des gens qui en consomment aurait commencé à circuler sur le territoire du Royaume-Uni.

À titre d’exemple, une femme de Gloucester n’a pas pu comparaître comme prévu devant la cour, car le corps de celle-ci était recouvert de lésions putrides après qu’elle ait eu consommé du krokodil.

La drogue avait auparavant fait son entrée en Russie et en Ukraine et depuis son apparition, on estime qu’elle a causé la mort de plusieurs milliers de toxicomanes. Quant aux autres consommateurs qui n’en sont pas morts, ceux-ci resteront à jamais avec des marques sur leur corps laissées par la drogue.

Récemment, on apprenait que certains secteurs en Amérique avaient identifié la possible présence de la drogue, mais maintenant, c’est le secteur de Gloucester en Angleterre qui doit faire face au problème.

La drogue, qui est identifiée comme étant de la désomorphine, un dérivé de la morphine initialement synthétisé aux États-Unis en 1932, bénéficie d’une action très puissante et rapide. Or, lorsqu’il est question du krokodil, il faut savoir que cette variante de la désomorphine est généralement préparée dans des conditions très artisanales, et ce, avec des produits dont la sécurité est très questionnable.

Sur Wikipédia, on indique que de « nombreux sous-produits acides et toxiques endommagent les tissus situés à l’endroit des injections, les rendant semblables à des écailles de la peau d’un crocodile, et à brève échéance conduisent à une putréfaction. Le corps est incapable d’éliminer le produit et celui-ci reste donc dans le sang, ce qui engendre une nécrose de la peau. Le corps « pourrit » et apparaissent à la surface des plaques verdâtres ressemblant au cuir du crocodile. »

Mais l’horreur ne s’arrête pas là, car suite à la nécrose, ce sont ensuite les organes qui sont progressivement atteintes et ainsi, un toxicomane qui commence à en consommer voit ses espérances de vie être réduites à une durée d’environ deux ans.

Selon expert en narcotiques de la Russie, Sergey Agakalov, les consommateurs de krokodil sont très faciles à repérer, car en plus des marques présentes sur leur corps, les plaies causées par la drogue dégagent une odeur de pourriture. L’expert n’hésite même pas à comparer ceux-ci à de véritables cadavres ambulants.

La police affirme rencontrer plusieurs difficultés quant au contrôle de la vente de krokodil, car comme ce produit ne peut pas être conservé longtemps, il est généralement distribué à des fins de consommation rapide. Toujours selon ce qu’indique Wikipédia, il est « très compliqué pour la police d’arrêter ce fléau puisqu’il faut prendre le consommateur en flagrant délit de préparation. »

Enfin, comme les composants du krokodil sont tous légaux, c’est seulement une fois réunis que ces ingrédients forment le produit illicite.

Source

Commentaires

Commentaires

Copy Protected by Chetan's WP-Copyprotect.
Inline
Inline